Le port de chaussures de sécurité obligatoire : une mesure incontournable pour la protection des travailleurs

Le port de chaussures de sécurité est une mesure essentielle pour assurer la protection et le bien-être des travailleurs. Dans certains secteurs d’activité, il s’impose comme une obligation légale et un enjeu majeur en matière de prévention des accidents du travail. Cet article vous propose un panorama complet sur cette exigence réglementaire, ses fondements juridiques, les risques qu’elle permet d’éviter et les critères à prendre en compte pour choisir les équipements adaptés.

Les fondements juridiques du port de chaussures de sécurité obligatoire

La réglementation relative au port de chaussures de sécurité obligatoire trouve ses racines dans plusieurs textes internationaux et nationaux. Le Code du travail, tout particulièrement, impose aux employeurs l’obligation d’assurer la sécurité et la santé des salariés dans tous les aspects liés au travail. Cette obligation se traduit notamment par la mise à disposition d’équipements de protection individuelle (EPI), dont font partie les chaussures de sécurité.

Plus précisément, le Code du travail prévoit que l’employeur doit évaluer les risques professionnels auxquels sont exposés les salariés et mettre en œuvre des mesures adaptées pour y remédier. Ces mesures peuvent inclure le port d’EPI lorsque les autres moyens de prévention ne suffisent pas à supprimer ou limiter suffisamment ces risques.

En outre, le Code du travail précise les conditions d’utilisation et de maintenance des EPI, ainsi que les obligations d’information et de formation des travailleurs sur les risques qu’ils encourent et les moyens de s’en protéger.

Les risques auxquels le port de chaussures de sécurité permet de pallier

Le port de chaussures de sécurité est indispensable pour prévenir plusieurs types de risques professionnels liés aux pieds et aux membres inférieurs :

  • les chutes de plain-pied, dues notamment à des sols glissants ou inégaux ;
  • les chutes de hauteur, lorsqu’un travailleur est amené à évoluer sur des surfaces en hauteur ou à proximité d’un vide ;
  • les écrasements, par exemple lorsqu’un objet lourd tombe sur le pied d’un salarié ;
  • les perforations, causées par la présence d’objets pointus au sol ou dans l’environnement immédiat du travailleur ;
  • les brûlures, en cas de contact avec des substances chimiques ou des sources de chaleur ;
  • les coupures et abrasions, résultant notamment du contact avec des arêtes vives ou des matériaux coupants.

Ces différents risques sont présents dans une grande variété de secteurs d’activité, tels que la construction, l’industrie, l’agriculture, le transport ou encore la restauration. Le port de chaussures de sécurité constitue donc une mesure de prévention essentielle pour un grand nombre de travailleurs.

Les critères à prendre en compte pour choisir les chaussures de sécurité adaptées

Pour être efficaces, les chaussures de sécurité doivent répondre à des normes spécifiques et être adaptées aux besoins et contraintes du poste de travail. Voici quelques critères à considérer :

  • la norme applicable : les chaussures de sécurité sont soumises à des normes européennes (EN) qui garantissent leur performance en termes de protection. Ces normes définissent différents niveaux d’exigence selon les risques à couvrir (par exemple, EN ISO 20345 pour les chaussures de sécurité et EN ISO 20347 pour les chaussures professionnelles) ;
  • les propriétés techniques : en fonction des risques identifiés, il peut être nécessaire d’opter pour des chaussures possédant des caractéristiques particulières, telles qu’un embout de protection, une semelle anti-perforation ou encore un revêtement résistant aux substances chimiques ;
  • le confort et l’ergonomie : une chaussure de sécurité doit être confortable et permettre au travailleur d’évoluer sans gêne ni douleur. Il est donc important de veiller à la qualité des matériaux utilisés, au maintien du pied et à l’amortissement des chocs ;
  • la taille et la forme du pied : il est essentiel de choisir des chaussures adaptées à la morphologie individuelle de chaque salarié, afin d’éviter les problèmes d’adaptation et les pathologies liées à un mauvais chaussant.

Enfin, il convient de rappeler que le choix des chaussures de sécurité doit être réalisé en concertation avec les travailleurs concernés et, si possible, avec l’appui d’un professionnel de la santé au travail ou d’un spécialiste en prévention des risques professionnels.

Le port de chaussures de sécurité obligatoire est une mesure cruciale pour assurer la protection des travailleurs face aux nombreux risques professionnels auxquels ils peuvent être exposés. En respectant la réglementation en vigueur et en veillant à choisir des équipements adaptés, employeurs et salariés contribuent ensemble à prévenir les accidents du travail et à garantir un environnement sain et sécurisé pour tous.